Réunion Direction du lycée avec les parents d’élèves

 Une réunion entre la direction du lycée et les parents d’élèves s’est tenue au Lycée Thuriaf Bantsantsa le 11 janvier 2013. Prévue pour 16h, la rencontre a finalement commencé à 16h22. Le proviseur, M. Guilain Neyer Olouri, assisté de ses censeurs, a commencé par remercier les parents d’élèves puis a énoncé l’ordre du jour.

 1. Bilan du premier trimestre

 Concernant le premier point à l’ordre du jour, le proviseur a fait remarquer que les résultats du premier trimestre étaient largement en deçà des attentes que le lycée avait placées en ses élèves. Le  taux de réussite en 3ème est de 34%, de 28.37 en 1ère et de 24.86 en Terminale.

Classe

Meilleure moyenne

Nombre de moyennes

Nombre d’élèves classés

3ème M1

12.28

14

60

3ème M2

11.75

15

55

3ème M3

13.52

10

54

3ème M4

12.66

23

61

3ème M5

12.40

23

60

3ème M6

12.58

26

56

3ème M7

15.17

26

57

Le proviseur a annoncé qu’au deuxième trimestre, il sera organisé une série de devoirs communs suivis des examens blancs puis des examens provinciaux au troisième trimestre.

Avec 60 élèves par classe en moyenne, les conditions sont en principe idéales pour bien travailler.

Il a demandé aux parents d’être plus regardants sur le travail et le comportement de leurs enfants. Car lors d’une réunion tenue il y a peu à la Direction d’Académie Provinciale (DAP), les chefs d’établissements ont été informés des comportements déviants de certains de nos élèves, qui organisent des soirées orgiaques au cours desquelles il y a une grande consommation d’alcool et de drogue.

Concernant les classes de première, les résultats sont tout aussi mauvais qu’en troisième, a fait remarquer le premier responsable du lycée.

 

Classe

Meilleure moyenne

Nombre de moyennes

Nombre d’élèves classés

1ère A1A

12.08

10

27

1ère A1B

12.29

11

26

1ère B1 

11.40

6

41

1ère B2

11.72

7

35

1ère B3

12.51

14

42

1ère S

12.12

11

44

Chaque parent insiste pour envoyer son enfant en série scientifique, a martelé le proviseur. In fine, on se retrouve avec des élèves qui ne sont pas de vrais scientifiques. Les séries scientifiques sont devenues de séries fourre-tout où l’on retrouve des élèves qui ne sont bons ni en maths, ni en sciences physiques ni en SVT. Depuis quelques années, on n’a plus de bons résultats en série C et D de ce fait.

En Terminale, le profil reste le même, a fait observer le proviseur.

Classe

Meilleure moyenne

Nombre de moyennes

Nombre d’élèves classés

Tle A1A

12.32

16

71

Tle B1

11.37

6

41

Tle B2

12.25

12

39

Tle D

 

11

31

Un sursaut d’orgueil est demandé à nos élèves. Quant aux parents, il leur demandé de se rapprocher de l’administration où ils pourront rencontrer les censeurs pédagogiques et ceux chargés de la vie scolaire, ou encore le conseiller pédagogique psychologue.

Le proviseur a signalé que lors de la reprise des cours du 3 janvier dernier, il a été constaté de nombreux retards parmi les élèves. Certains avaient décidé de leur propre chef que « leur » rentrée des classes ne se ferait que le lundi d’après. Les absences sont récurrentes. Les bulletins ne sont pas toujours récupérés. La raison habituelle : « Mon parent est sur site. » A Port-Gentil, « tout le monde est sur site », a-t-il ironisé.

Comment remédier à la situation, s’est demandé le proviseur, puisque les parents ne sont même pas informés des résultats de leurs enfants. Dès qu’ils ont fini de faire des pieds et des mains pour inscrire leurs enfants, les parents ne viennent plus au lycée. Ils devraient se rapprocher des enseignants. Par ailleurs, les parents refusent que leur enfant redouble la moindre classe, a constaté le proviseur; cela, malheureusement, favorise la médiocrité.

2. Nouvelles modalités de participation aux examens

Les inscriptions se déroulent jusqu’au 16 janvier. Chaque dossier comprend un acte de naissance et un certificat médical. Le proviseur a fait remarquer qu’un certain nombre d’élèves n’avaient pas encore déposé leur acte de naissance jusqu’au moment où se tenait la réunion.

Pour ce qui est du Bepc, en 2013 le dossier comptera pour 1/3 et l’examen pour 2/3. Pour le passage en seconde, le Bepc comptera pour 4/5 et les notes de classe pour 1/5. Les élèves redoublants de 3ème et titulaires du Bepc passeront une épreuve de français et d’anglais en vue de passer en 2nde LE et une épreuve de mathématiques et sciences physiques, pour la 2nde S.

La première partie du baccalauréat (BAC1) concerne les élèves de classes de première régulièrement inscrits dans les établissements publics et privés reconnus d’utilité publique. L’objectif  étant d’éliminer les matières non fondamentales afin d’alléger l’enfant en Terminale. Toutefois, un élève qui n’obtient pas le BAC1 peut quand même , si ses moyennes de classe le lui permettent,  s’admettre en Terminale, où il passera l’ensemble des épreuves.

Les matières concernées par le BAC1 sont, selon les séries :

A1 : Histoire-Géographie, Langue Vivante 2 (Espagnol) et Education Physique et Sportive

A2 : Langue Vivante 3, Mathématiques et Education Physique et Sportive

B : Philosophie, Langue Vivante 2 (Espagnol) et Education Physique et Sportive

S : Français, Histoire-géographie et Education Physique et Sportive

Dorénavant les notes de classes joueront un rôle important pour décrocher le Baccalauréat ou le Bepc. En 2013, au Bac, les notes de classe compteront pour 1/3 et les notes obtenues lors de l’examen compteront pour 2/3. En 2014, elles compteront respectivement pour ¼ et ¾.

En résumé, pour les tous les examens, le travail fait en classe revêtira maintenant une partie prépondérante dans l’obtention de votre examen.

Puis le Censeur du second cycle chargé de la pédagogie, Mme Pauline Nzabounga, a pris la parole. Après avoir prodigué quelques conseils aux élèves et à leurs parents, elle a énuméré la liste des élèves dont les dossiers n’étaient pas encore à jour au moment de la réunion.

3. Questions-Réponses

Le premier intervenant, M. Morvan Tchibinda, a commencé par louer l’initiative prise par la direction du lycée d’inviter les parents d’élèves, souhaitant même que ce genre de rencontres aient lieu plus souvent. Puis il est revenu sur le ratio effectif-nombre de moyennes dans les classes. Avec des effectifs de 60 élèves en moyenne, il s’est demandé pourquoi les résultats n’étaient pas meilleurs; « Les enseignants se sont-ils remis en question ? » a-t-il demandé. Il aussi noté que l’accueil des parents d’élèves lorsque ceux-ci se rendent au lycée laisse parfois à désirer. Il a demandé à la direction du lycée de faire plus de ce côté.

Dans sa réponse, le proviseur a reconnu avoir lui-même constaté certains manquements de la part de quelques enseignants. Certains d’entre eux arrivent en retard, comme leurs élèves. Selon le proviseur, les professeurs dans l’ensemble, ont surtout fait remarquer que nombre d’élèves arrivent souvent en retard en classe, ne font pas leurs exercices de maison, trichent quelquefois aux devoirs, préfèrent passer le clair de temps dans des divertissements, les téléphones portables sonnent parfois en plein cours, (entraînant ainsi des conflits avec certains parents d’élèves), etc. D’où l‘instance du proviseur demandant aux parents de renforcer la surveillance de leurs enfants à la maison.

Le deuxième parent s’est lui, offusqué des élèves dont le téléphone sonne en plein cours; il a demandé aux professeurs et à la direction d’être plus sévères avec de tels élèves.

Le troisième parent d’élève s’est demandé ce que deviennent les matières éliminées par un élève en première, lors du BAC1. Le proviseur a édifié les parents d’élèves en expliquant que bien que l’enfant ait éliminé certaines matières en classe de première, il les retrouvera tout de même en Terminale car celles-ci seront prises en compte dans le calcul de sa moyenne de classe, laquelle sera elle-même prise en compte dans l’obtention du baccalauréat. En résumé, ces matières, il ne les aura plus au Bac mais continuera à les avoir en classe.

Le dernier intervenant, M. Joachim Mika, a constaté que les professeurs sont très actifs dans les différents Prépa-Bac que l’on trouve dans la ville. Il a demandé  si le lycée et les professeurs avaient pris des initiatives visant à remédier aux lacunes des élèves en créant une structure de ce genre au sein du lycée Thuriaf Bantsantsa.

Dans sa réponse, le proviseur a fait remarquer que les Prépa-Bac sont des initiatives privées et que les professeurs y interviennent à titre personnel. Il a poursuivi que les établissements publics n’ont pas vocation à créer ce genre de structures. Il a demandé aux parents d’élèves d’en discuter plutôt dans le cadre de l’Association des Parents d’Elèves (APE) et il verra dans quelle mesure le lycée pourrait aider, par exemple en disposition gracieusement des locaux.

Avant de clore la rencontre, le proviseur est revenu sur la question des bourses scolaires. Il a informé les parents que depuis l’année dernière, les bourses scolaires sont gérées par l’Agence Nationale des Bourses du Gabon (ANBG). On constate que de nombreux enfants, bien qu’ayant obtenu une moyenne supérieure à 10, ne perçoivent pas la bourse parce qu’ils ne déposent pas leur dossier à temps. Il a rappelé aux parents que le dossier comprend une copie du bulletin de notes de l’élève ainsi qu’une copie de son acte de naissance. Pour les enfants nés d’un parent étranger, notamment le père, il est aussi exigé un certificat de nationalité. Pour cela, il suffit de se rendre au tribunal, a-t-il rappelé.


Sébastien Nzuzi, LTB News, le 17 janvier 2013


Photos sur Facebook: http://www.facebook.com/photo.php?fbid=364167327015619&set=a.364165810349104.78189.238009982964688&type=1&theater

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site